Nous célébrons aujourd'hui le dimanche de la miséricorde c'est une occasion de se pencher encore plus sur cette miséricorde qu'on a exploré tout au long du carême. 

Cette miséricorde est à nouveau d'actualité on n'en reparle un peu plus car d'une part on l’a un peu oublié et pourtant c'est mentionné dans la Bible à plusieurs reprises et tout le notamment dans le livre de l'exode Ex 34,6 : « le seigneur le seigneur Dieu tendre et miséricordieux lent à la colère plein d'amour et de vérité »,  et d’autre part on n'en reparle un peu plus parce que on n'en a besoin pour nous aujourd'hui. 

Donc l'évangile  que nous venons d'entendre parle de miséricorde. Je vais notamment relever cinq points qui parlent de cette miséricorde.

1/ Dieu nous devance ce que l'on fait un pas vers lui c'est avant tout lui qui fait un pas vers nous et en faite c'est lui qui nous permet de faire un pas vers lui. Ceci est signe de miséricorde de Dieu : il prend les devants et nous permet de nous rapprocher de lui.

2/ Dieu vient sans cesse à notre rencontre, à notre secours. Par deux fois Jésus va à la rencontre des apôtres enfermé chez eux, morts de peur ! Y a-t-il quelqu'un pour me sauver ? Me pardonner ? Me relever ? Lui Jésus peux le faire !

3/ Dieu donne sa paix. Elle est le don de Dieu plus qu'un simple salut, c'est le don précieux après la mort et la résurrection de Jésus : « la paix soit avec vous ». La paix est le fruit de sa victoire, de la victoire de l'amour de Dieu sur le mal, le fruit du pardon qui chasse la peur. Ceci est signe de miséricorde de Dieu pour nous.

4/ Dieu donne son esprit saint et donne le pouvoirs de pardonner les péchés. Le pardon des péchés est en lien avec le don de l'Esprit Saint. La miséricorde de Dieu se répand dans le don de son Esprit, qui nous fait l’imiter : Parfait comme lui est parfait, amour comme lui et d'amour, pardon comme lui et pardon. Et Jésus confie cette mission d'être instrument de son pardon en agissant en son nom. L’église est envoyée dans le monde pour transmettre cette miséricorde de Dieu. Jésus m’envoie dans le monde pour être témoin de sa miséricorde.

5/ Et il y a Thomas ! appelé aussi jumeau. C'est-à-dire que chacun d'entre pouvons nous  identifier à lui et nous le faisons volontiers. Thomas proclame cette belle profession de foi : « mon seigneur et mon dieu ». Mieux que Saint-Pierre où Jésus lui avait posé la question à laquelle il avait répondu : « tu es le messie » c'est-à-dire l'envoyé de Dieu. Thomas ici proclame : « Mon seigneur est mon dieu ». Ce qui signifie qu'il reconnaît que Jésus est Dieu et non pas simplement son envoyé. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! Cette béatitude est la béatitude de la foi. 

Cependant il y a un problème : Il y a des doutes et des questions. Thomas bute sur cet aspect de la résurrection comme beaucoup de personnes encore aujourd’hui. Et on a tous du mal à comprendre à reconnaître. C'est normal ! Et Saint-Paul l’a vécu aussi auprès des grecs à Athènes. 

À la réponse des doutes de Thomas, Jésus offre les signes de sa résurrection pour lui permettre de croire pour ensuite professer sa foi et ensuite se mettre en route (=être témoin de sa résurrection). Quelle chance ! Jésus apparaît à Thomas et répond à son attente ! Mais qu'en est-il de / pour nous ?

Pour nous Jésus ne se cachent pas, il continue à nous offrir les signes de sa résurrection mais il y a 2 problèmes que j’identifie : on ne voit pas, on ne veut pas.

On ne voit pas, c'est-à-dire qu'on ne regarde pas au bon endroit. Car Jésus continue à nous offrir à nous aussi les signes de sa résurrection dans nos propres vies, dans son église, dans le monde. Nous avons de multitudes exemples autour de nous et dans notre propre vie où Dieu révèle la puissance de sa résurrection. À nous de les voir !

On ne veut pas. C'est une sorte de peur qui me fait résister à avancer d’avantage: Si Dieu vient dans ma vie alors… Alors quoi ? Thomas reconnaît Jésus comme Dieu. Il proclame qu'il est Dieu. Et plus tard il annoncera Jésus Christ ressuscité dans toute sa vie. => Est-ce que moi aussi je suis prêt à accueillir la présence de Dieu dans ma vie, à le professer, à l'annoncer ? Bien sûr avec l'aide de son esprit saint.

 

Voici ce qu'il en est de l'accueil de la miséricorde de Dieu dans nos propres vies. Pierre et Jean dans la première lecture ont accompli des signes et des prodiges si bien que la foule comprend, se met à les suivre, commence à croire en Dieu. Il s’agit de regarder avec les yeux du cœur et non pas les yeux du corps.

Merci Dieu pour ta miséricorde, ton action. Donne-moi de l'accueil, de la voir, donne-moi d’y répondre de tout mon cœur. Vient ouvrir mon cœur à ta présence qui transforme ma vie.