×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 422

27ème dimanche TO A

St Jo Messe internationale dimanche 2 octobre

 

accueil

in the name of the father, and of the son, and of the holy spirit// amen

the Lord be with you!

Der Herr sei mit euch!

Il signore ….

el senor...

 

lieber Schwester und Brüder aus Deutschland und Österreich (vielleicht auch sogar aus der Schweiz?)

es ist für mich eine tiefe Freude alle deutschtsprachige Grenoblois herzlich hier in St Jo auf deutsch zu willkommen.

 

Djein dobre

 

Dear Brothers and sisters in Christ Jesus, comming from Great Britain, Ireland, USA, or from so many countries. Welcome to you!

I would also great people from India, and also from China (Nirau), and from other asian countries. I especially welcome all the people who can't yet understand french properly. You can read the prayers of the holy eucharist in this paper you can find at the welcome place of the church.

 

Welcome to all of you!

It 's good to be here together and celebrate our faith in a joyfull hope.

 

Our generation is maybe the first to live so many international experiences. It's good for us that we can live our christian faith also in a international way. Sometimes it's during the world youth day, as last summer in Madrid, sometimes in the meetings of the Taizé community as in Berlin in december... But tonight we want to live this international spirit here in St Jo.

 

Let us pray with all our heart, so that we can be one body in Christ.

 

 

 

 

 

27ème dimanche TO A

St Jo Messe internationale dimanche 2 octobre

 

accueillir

 

Nous sommes la vigne de Dieu!

Comment notre communauté accueille-elle celui que Dieu envoi?

En effet , accueillir, ce n'est pas juste diriger les « nouveaux » vers le meilleur groupe catho qui soi (= le sien); accueillir ce n'est pas non plus organiser des trucs pour que ça soit sympa, cool, fun et sexy

c'est bcp plus que ça, sinon on n'a rien compris de la profondeur de vie à laquelle nous sommes appelés, sinon , on passe à côté de la gravité de l'enjeu: c'est aussi une histoire de mort , et donc de vie.

 

L'enjeu humain de l'accueil est pourtant simple: vivre la rencontre, donner de la valeur à chacun; sinon notre fraternité c'est du pipeau;

donner une place à chacun, sinon, on exprime le non-sens de l'accueil: genre: « si tu n'es pas là, ça n'est pas grave, il y en a d'autres. »

Non, il s'agit d'expérimenter le contraire: « tu manques si tu n'es pas là; le trésor que tu es manque à l'ensemble ».

Du coup, ça nécessite que l'on ait découvert le trésor qu'est chacun.

Mais c'est impossible vu le nombre que l'on est!

C'est bien sûr encore le contraire, le nombre que l'on est est un appel: chacun voudrait être accueilli, reconnu dans sa valeur, se faire des amis, trouver ce dont il a besoin, et trouver où et comment il peut donner le meilleur de lui-même, et même ce qu'il ne pensait pas être capable de faire ou donner.

Et comme on est nombreux, c'est bien sûr impossible que ça soit moi votre pasteur qui le fasse seul, ni même l'équipe diocésaine, ni-même l'équipe d'accueil.

Et c'est très bien comme ça!

C'est qu'il s'agit donc d'un appel -un appel de Dieu! Pas moins que ça- à ce que la communauté elle-même et toute entière se fasse accueillante. La communauté se constitue en partie comme communauté lorsqu'elle découvre et aime la richesse de chacun des membres.

Ici dans la communauté des jeunes de la Pastorale des Jeunes et à St Jo, les membres se renouvèlent rapidement; c'est du coup un défi permanent pour que la communauté se constitue en corps; elle est en mue permanente.

Relevons le défi! Accueillons dès qu'on le peut.

Mais ça marche dans les deux sens: laissons-nous accueillir, entrons dans une démarche active pour être accueilli; allez dans des groupes, allez vers les autres, présentez-vous, inscrivez-vous à la Newsletter, visiter le site, devenez un likeur d'isèreanybody? Sur Facebook.....

 

Mais saisissez-vous l'enjeu théologal, l'enjeu de foi, l'enjeu ecclésial de l'acceuil?

Si c'est bien vrai que chacun est unique, qu'il est un trésor, que le Seigneur Dieu met en lui tout son amour, alors sa singularité est aussi une singularité de foi: lui seul connait Dieu comme il le connait; lui seul a découvert de Dieu comme il l'a découvert. L'Eglise c'est aussi cette mosaïque d'expérience croyante. Le trésor de l'Eglise est aussi dans le coeur de chacun. Si bien que l'on devrait s'accueillir les uns les autres avec le respect du à la dignité si profonde de celui qui est face de moi. Je suis convaincu qu'on ne prend pas le temps de se parler de notre foi: c'est un peu dur, mais il le faut, c'est indispensable: parlons-nous de nos vies, de nos espoirs, de notre espérance et de Dieu! Cet énorme projet du café qu'on a inauguré hier au soir, il sert exactement à vivre ça, entre nous et avec tous ceux que nous inviterons pour les accueillir.

Et si chacun de nous ce soir était comme l'ami de cette icône: c'est le Christ lui-même qui me présente un ami, l'air de me dire: « prends soin de lui, c'est mon ami ».

 

L'évangile compliqué de ce soir peut-être qu'il nous dit donc cela-même: il ne s'agirait pas alors simplement des juifs qui ont raté le coche du passage du Messie et qui l'ont même rejeté; et de Paul qui du coup répand l'Evangile aux païens.

Peut être qu'il s'agit de l'urgence et de l'enjeu déterminant d'accueillir celui que Dieu nous envoi.

Alors, si tout commençait par la bonté: celle de Dieu pour chaque être humain, pour chacun de nous ce soir; si cette bonté suscitait en nous le désir d'y répondre en décidant de choisir la bonté; si on essayait!!?? (je suis bien placé pour savoir que c'est un peu dur); et si cette bonté nous faisait nous accueillir les uns les autres comme des anges, c'est à dire étymologiquement des 'envoyés de Dieu'. Si nous devenions des hôtes les uns pour les autres (en français, le mot est d'une heureuse ambiguïté: il dit à la foi celui qui accueille et celui qui est accueilli), alors, tel Abraham au chêne de Mambré avec les trois 'visiteurs' , tels les disciples d'Emmaüs nous pourrions peut-être devenir capable d'accueillir Dieu lui-même, et de Le reconnaître, puisque le maître de la vigne nous envoi son Fils.

 

Amen.

 

 

 

Prédicateur :
Père Loïc Lagadec